Devistravaux » Travaux » Tout savoir sur les pompes à chaleur air-air

Tout savoir sur les pompes à chaleur air-air

Valorisant les calories extérieures à l’intérieur, les pompes à chaleur (PAC) air-air séduisent par leur recours à une énergie renouvelable disponible partout. Mais il faut accepter que ce système de chauffage soit influencé par la météo : dans les régions les plus froides, ses performances sont altérées et peuvent nécessiter une solution d’appoint comme un poêle à bois pour, le cas échéant, soutenir la PAC. Explication de son fonctionnement et de ses performances, via le COP (Coefficient de Performance).

La météo-sensibilité de la pompe à chaleur air-air

A lire aussi :

Le fonctionnement d’une pompe à chaleur air-air

Le principe de la PAC air-air est simple : le système s’appuie sur une unité extérieure pour capter la chaleur de l’air extérieur, élever sa température et la restituer dans le logement. En fonction de la surface à chauffer, la PAC air-air utilise une ou plusieurs unités intérieures, reliées entre elles par des liaisons dans lesquelles circule le fluide frigogène en circuit fermé, qui change d’état en fonction de l’appareillage qu’il traverse.

En premier lieu, il s’agit de l’évaporateur qui transforme le fluide en vapeur ; puis vient le compresseur, qui augmente la pression du fluide pour augmenter sa température ; le condensateur va condenser le fluide et libérer l’anergie dans la maison ; enfin, le détendeur diminue la pression du liquide et abaisse sa température.

Sujet a lire :

Si ce cycle consomme de l’énergie, le fonctionnement de la PAC air-air produit davantage d’énergie qu’elle en consomme – ce qui en fait un système écologiquement et financièrement attractif.

Les performances de ce système de chauffage

Pour connaître avec précision les performances de la PAC air-air et mieux évaluer le potentiel d’économies d’énergie sur la facture de votre logement, il faut regarder cet indicateur : COP ou Coefficient de Performance

Il traduit l’efficacité de la pompe à chaleur à une température donnée.

Par exemple, s’il est évalué à 2, cela signifie que le système produit 2 kW pour 1 kW consommé – permettant à son propriétaire de réaliser 50 % d’énergie gratuitement. Autrement dit, il est possible de diviser par 2 sa consommation avec une PAC ayant un COP annuel de 2 kW par rapport à un chauffage électrique classique.

Ensuite, il faut pondérer ce chiffre avec la réalité climatique : la PAC air-air est un système météo sensible, dont les performances et la puissance délivrée, chutent avec des températures négatives. Sans compter que son unité extérieure va réaliser un cycle de dégivrage, pendant laquelle elle ne peut pas chauffer le logement. Idéalement, dans les régions les plus froides, il faut envisager d’avoir un système d’appoint comme un poêle à bois pour soutenir la PAC…

En résumé, les pompes à chaleurs air-air sont particulièrement recommandées pour des logements bien isolées dans des zones au climat tempéré. Cette solution plus écologique et soutenue par des aides publiques peut également intervenir en remplacement de radiateurs électriques… Si vous envisagez d’installer une pompe à chaleur air- air, rendez-vous à cette adresse : https://www.domolys.com/pompe-a-chaleur-air-air

Source image: pixabay